Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 05:00

Surréalisme et Arts primitifs

1, route de Crans
1978 Lens, Suisse
Case Postale 39

C’est avec le surréalisme et les arts primitifs que la Fondation inaugure son cycle d’expositions d’été. Il s’organise autour de la volonté de mettre en dialogue l’art occidental avec des cultures non-européennes. Chaque civilisation crée un art qui lui est propre, porteur de valeurs ou de significations uniques. C’est la rencontre ou la confrontation entre deux cultures artistiques qui est féconde et riche de significations.

L’intérêt des surréalistes, à commencer par André Breton, à l’égard des arts océanien, amérindien, pascuan, maya, eskimo et, dans une moindre mesure, africain, présentent l’avantage d’offrir aux visiteurs un vaste panorama des arts primitifs. Un tel projet d’exposition a permis de rassembler des œuvres de quelque cinquante artistes surréalistes, dont Salvador Dali, Max Ernst, Wilfredo Lam, Yves Tanguy ou encore Alberto Giacometti.

Tableaux, dessins, collages, photomontages, photographies, sculptures, objets et revues surréalistes ont été réunis sous le même toit que des masques, des heaumes, des katchinas, des statues, des écorces, des sculptures, des reliquaires, des cannes, des cuillères, des tambours, des figurines en ivoire de morse, des pagaies cérémonielles ou des baguettes de danse magiques en provenance de l’Amérique du Nord, du Canada, de l’Alaska, du Mexique, de l’île de Pâques, du Groenland, de l’Afrique, de l’Océanie ou de l’Insulinde.

Exposition/ "Surréalisme et Arts primitifs : Un air de famille" 13 juin 2014 — 5 octobre 2014
Exposition/ "Surréalisme et Arts primitifs : Un air de famille" 13 juin 2014 — 5 octobre 2014

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : coco-fronsac
  •  coco-fronsac
  • : Et si la photo ne figeait pas l’instant ? Si elle n’était qu’un commencement, une épreuve ? Travail sur la matière, collage, découpage, colorisation ou juxtaposition… Coco Fronsac joue de notre vision du temps, de notre rapport à l’autre, pour mieux nous projeter dans une nouvelle réalité fluctuante, vivante, subjective… Eric Lorach
  • Contact

Recherche

Liens